Les francs-tireurs

Émission disponible en haute définition

En rappel

Diffusion :
samedi 20 h
Rediffusion :
jeudi vers 23 h, vendredi 14 h, dimanche 15 h
Durée :
60 minutes

Du 1er avril au 7 septembre 2014


NOUS JOINDRE

Par courriel
francstireurs@telequebec.tv


Par la poste
Émission Les Francs-Tireurs
655 rue Parthenais
bureau A-105
Montréal, QC H2K 3R7

À l'antenne

Voir l'épisode

Émission 402

Richard Martineau rencontre la chanteuse québécoise Nadja, le réalisateur et auteur Jean Sébastien Lozeau et Marilou Lagacé, directrice marketing événementiel. Tous les trois sont des anciens membres des Témoins de Jéhovah qui ont décidé de rompre les liens avec le mouvement et de parler, à cœur ouvert, de leur expérience pour le moins marquante. Enfance volée et liberté brimée, au nom de Jéhovah, ils ont eu beaucoup de mal à reprendre leur vie en main une fois hors du regroupement.

Fondé en 1870 aux États-Unis par Charles Taze Russel, le mouvement des Témoins de Jéhovah se caractérise notamment par le rôle central de la prédication à domicile (le fameux porte-à-porte) et par un attachement inconditionnel à la Bible. Le groupe compte près de 8 millions de membres actifs dans le monde entier.

En entrevue à Paris, Benoit Dutrizac rencontre Nadine Trintignant chez elle, dans le 3e arrondissement. Féministe affirmée dès les années soixante, sa première réalisation cinématographique abordait d’ailleurs le thème de l’avortement. Celle qui fût la compagne du monstre sacré Jean-Louis Trintignant s’est aussi inspirée d’une première tragédie l’ayant affligée comme matériel de base pour un film, soit la perte de sa fille Pauline décédée en 1969 à l’âge de neuf mois. La famille et la maternité sont au coeur de l’oeuvre de Nadine Trintignant, qui aborde avec philosophie les terribles épreuves qu’elle a traversées au cours de sa vie mouvementée. Elle nous confie ses réflexions à propos de ses expériences face à l’adversité, aborde les thèmes de la vie et de la mort, et partage avec nous des souvenirs de sa relation avec sa fille Marie. Elle revient sur la fin tragique de cette dernière, décédée à la suite des coups de Bertrand Cantat, dont le nouvel album signant son retour sous les feux de la rampe paraît cet automne, et ce, dans la plus grande controverse.

En savoir plus

Diffusion :
Samedi 26 juillet 2014 - 20 h
Rediffusions :
Dimanche 27 juillet 2014 - 15 h
Prochaine diffusion Jeudi 31 juillet 2014 - 23 h 26
Vendredi 1er août 2014 - 14 h

Voir l'épisode

Émission 417

Richard Martineau présente un reportage sur le droit à la vie sexuelle pour les handicapés. Il rencontre Andrea Cudini, un homme de 37 ans atteint de paralysie cérébrale depuis sa naissance, et qui se déplace en fauteuil roulant. Même si son handicap l’empêche d’occuper un emploi, il vit seul en appartement et reçoit de l’aide quotidiennement, notamment pour les courses et le ménage. Malgré tout, il existe une autre partie de sa vie, intime, dont personne ne se préoccupe selon lui. Au printemps dernier, Andrea Cudini a lancé un cri du cœur, relayé dans quelques journaux, pour le droit à une vie sexuelle. Ses tentatives amoureuses se soldant toujours par un échec, Andrea trouve une certaine joie grâce à une travailleuse du sexe… toujours la même. Ce qu’il souhaite, au final, c’est que le gouvernement canadien fasse en sorte que la prostitution ne soit pas entourée d’interdits qui compliquent l’accès à ces moments de plaisir. Serait-il souhaitable d’offrir aux handicapés des rencontres sensuelles avec des « assistants sexuels », à l’instar de ce que des organismes de certains pays offrent en Suisse, en Allemagne en Australie? Mais alors, pourquoi les personnes handicapées seraient-elles les seules à bénéficier de ce type de service puisqu’après tout, d’autres sont également privées de rapports sensuels et sexuels?

À l’heure où la Cour suprême veut redéfinir les modalités d'encadrement de la prostitution, Richard Martineau rencontre des sexologues, une travailleuse du sexe et le directeur général de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN) pour discuter du « tabou des tabous», le handicap et le sexe.

Benoît Dutrizac rencontre trois porte-parole qui ont la tâche difficile de s’occuper des relations publiques et médiatiques de grandes industries, parfois controversées. Il reçoit en studio Jean-Pierre Roy, directeur des relations de presse de Loto-Québec, Carol Montreuil, vice-président de la division de l’est du Canada de l’Association canadienne des carburants, et Éric Gagnon, directeur des affaires corporatives d’Imperial Tobacco. Ces trois habiles communicateurs ont pour mission de défendre leurs organisations respectives, même s’ils ne sont pas toujours confrontés aux questions des médias. Il suffit de penser aux 10 000 personnes qui meurent chaque année au Québec à cause d’une maladie liée au tabagisme, aux désastres environnementaux causés par l’exploitation des sables bitumineux et les déversements de pétrole, ou encore, au défi d’une société d’État qui a pour mandat de faire à la fois du profit et de la prévention. Benoît Dutrizac tentera de comprendre comment cela se passe de « l’autre côté », quand ces porte-parole se font bombarder de questions délicates par les journalistes. C’est aussi une occasion en or de connaître les motivations qui les poussent à défendre des entreprises aussi critiquées que décriées. Et qui sait, Benoît Dutruzac arrivera peut-être même à leur faire révéler ce qui se cache réellement derrière leur image publique, soigneusement maîtrisée.

En savoir plus

Diffusion :
Samedi 2 août 2014 - 20 h
Rediffusions :
Dimanche 3 août 2014 - 15 h
Jeudi 7 août 2014 - 23 h 37
Vendredi 8 août 2014 - 14 h

Tous les épisodes

ZONE VIDÉO

Épisodes en version intégrale

Retrouvez tous les épisodes des Francs-tireurs en vidéo sur demande.